La vie à Moscou ne s’arrête jamais, de jour comme de nuit la ville est en effervescence.
Je ne parle pas seulement de la vie nocturne: bars, clubs, etc. Non, je vous parle des supermarchés, des pharmacies, des fleuristes, des banques, des bijoutiers…

Quand j’ai découvert le nombre de commerces ouverts la nuit, j’ai été étonnée que le métro ne circule pas 24/24 lui aussi. Les horaires sont grosso-merdo les mêmes qu’à Lyon ou Paris (5h-1h).

Uber Taxi Moscou
Pour info, à l’heure où j’écris, 155RUB = 2€50 :)

Et puis j’ai découvert que le taxi était une solution tout à fait abordable.

Uber: du bon…

Le plus économique reste Uber, que beaucoup de Moscovites ne connaissent pas d’ailleurs.
Avec l’option Uber X pour être précis. Que les esprits mal tournés se rassurent (ou déchantent!), rien d’indécent ne se passe dans ces taxis. C’est seulement une catégorie de Uber où le chauffeur n’est pas un professionnel, juste un mec qui possède une berline et un GPS et qui veut arrondir ses fins de mois.
On ne passe quasiment que par cette compagnie, pour deux raisons:
– la simplicité: pas besoin de parler russe, tout se fait par l’application, qui est, par ailleurs, la même que celle que j’utilisais à Lyon;
– et pour le prix surtout: entre 3 et 5€ maxi pour environ 10min/5km. C’est le temps et la distance que l’on parcourait à Lyon pour rentrer chez nous. Sauf qu’on payait 15€.
*Attention private joke* Et en prime, on devait supporter Robert dans le taxi…

…et du moins bon!

Bref Uber est presque la solution idéale.
Presque, car comme je l’ai précisé, il ne s’agit pas de chauffeurs professionnels. Et ce détail a pris toute son importance la semaine passée:

Mercredi soir, 23h30 sortie du Auchan. 4 sacs de courses + 1 sac de produits surgelés. Entre un métro bondé et un taxi confortable, notre choix est vite fait.
Uber prévu dans 15 minutes. Grâce à l’application, on suit avec attention l’avancée du chauffeur qui se rapproche de nous. Puis s’éloigne. Ah non il revient… pour finalement s’éloigner à nouveau.
Bref, au bout de 30 minutes, complètement frigorifiés – sac de produits surgelés oblige, on doit attendre dehors – on comprend que le chauffeur n’arrive pas à trouver le bon itinéraire pour  nous rejoindre.
Notre patience arrivant au bout de ses limites, mes doigts ne répondant plus, Pierre décide de héler un taxi et j’annule la course en Uber.
Nos relations se sont pas mal refroidies ce soir-là – il faisait -10°C quand même!

 

Les taxis à la volée

J’en arrive à vous présenter un autre type de taxi: celui qu’on arrête dans la rue, à la new-yorkaise!
Ça peut aussi bien être un vrai taxi (ils sont jaunes en Russie), qu’un mec qui fait ça au black, le soir quand il n’a rien à faire.
D’ailleurs, en marchant, de nuit, dans les rues moscovites, il n’est pas rare de sentir une voiture vous suivre. Il s’agit simplement d’un taxi qui cherche à savoir si vous êtes intéressé ou non. Un simple non de la tête et il repart aussitôt. Mais mieux vaut être prévenu!

Si vous choisissez de héler un taxi dans la rue, il est important de négocier le prix avant de monter en voiture. Cela vous évitera d’être baladé comme un touriste.
Vous donnez la destination, le chauffeur vous donne un prix. Ensuite, à vous de gérer la négociation. Si le chauffeur refuse votre prix, faites mine de partir et une fois sur 2, il finit par accepter.
Bien sûr, il est plus facile de négocier un prix un soir de semaine, dans un endroit calme, qu’un week-end entre 3 et 5h du mat’, à la sortie des clubs!

 

Un mélange entre le taxi traditionnel et Uber

Enfin, la dernière solution se nomme GetTaxi.
C’est une application qui fonctionne sur le même principe que Uber. Vous téléchargez l’application, vous pouvez la paramétrer en russe ou en anglais. L’application repère votre position, commande un taxi et vous donne toutes les informations à son propos pour faciliter la rencontre.
Le service est un peu plus cher que Uber, mais les chauffeurs sont des professionnels. C’est le genre de détail qui fait que vous n’attendrez pas inutilement dans le froid que le taxi trouve votre position!

Dernier conseil à propos du taxi: il est à proscrire de jour. La circulation étant très dense, il est plus rapide et plus économique de prendre le métro.

Et voilà, encore une dépense de la vie courante, où Moscou ne s’en sort pas si mal!

Retrouvez également mes autres articles sur le cout de la vie à Moscou, ici et .

Vous avez l’intention de venir à Moscou et un budget vous préoccupe plus que les autres? N’hésitez pas à m’en parler et j’essayerai de vous faire un rapport des plus complets!