Je n’étais pas encore rentrée de Russie que c’est mon frère qui prenait soudainement la bougeotte. Pas fou comme moi à choisir une destination glaciale, il a opté pour une région du monde plus chaleureuse:

L’Argentine!

Du coup, je n’ai pas pu m’empêcher de l’assommer de questions pour en savoir plus sur son expérience. Et comme je suis généreuse, j’en ai fait une interview pour pouvoir partager ça avec vous!

Peux-tu te présenter rapidement pour ceux qui ne te connaissent pas?
Ludwig, 22ans, diplômé en ingénierie mécanique et productique.
Après mes études, j’avais le choix entre entrer dans la vie active ou vivre une expérience plus sympa. Le choix n’a pas été difficile!

Pourquoi as-tu décidé de partir?
Pour pouvoir voyager, découvrir le monde et de nouvelles cultures. Mais aussi, et surtout, pour sortir de ma zone de confort.
À la fin de mes études, j’ai commencé à regarder les offres d’emplois, notamment à l’étranger. J’ai vite remarqué que l’espagnol était souvent demandé, en plus de l’anglais. J’ai donc cherché un moyen de progresser en anglais et d’apprendre l’espagnol. Et pourquoi pas en profiter pour voyager.
L’Argentine m’est apparue comme une très bonne idée: c’est un pays hispanophone, avec un mode de vie différent de celui que j’avais toujours connu, et grâce au PVT, j’avais l’opportunité d’avoir un visa longue durée.

Pourquoi Buenos Aires?
C’est une ville très internationale et j’ai pensé qu’il serait plus simple de passer les premiers jours de mon voyage là-bas. Au final, j’y suis resté plus de 3 mois avant de partir découvrir d’autres régions du pays, puis le Paraguay, la Bolivie, et le Pérou.

Iruya, in northwestern Argentina
Iruya, au nord-ouest de l’Argentine

Comment se sont passés les premiers jours?
Je suis arrivé à l’aéroport de Buenos Aires dans la matinée après 16h de vol. Je ne parlais pas un mot d’espagnol, mais par chance, j’ai trouvé des Français qui m’ont aidé à rejoindre la ville en bus.
Après, j’ai dû me débrouiller seul et ça n’a pas été de tout repos!
J’ai d’abord dû chercher une auberge de jeunesse. Je suis rentré dans un bâtiment en demandant une chambre. Mais ce n’était pas la bonne adresse! Je me souviens encore de la tête de la pauvre vieille femme qui se demandait ce que je lui voulais.

Une heure plus tard, j’ai enfin trouvé une vraie auberge de jeunesse avec un lit de libre.
L’étape suivante: commander à manger. Pas si simple quand on ne parle pas la langue locale!

J’ai passé le reste de la journée à découvrir la ville.
Au début, j’étais un peu perdu, puis je me suis rapidement habitué à la ville.

Que peux-tu nous dire du coût de la vie?Buenos-Aires
C’est un sujet délicat à aborder car le taux de change varie sans cesse. De plus, il y a un taux officiel et un officieux aussi que l’on appelle « Blue-market ».
Ça me semble impossible de parler d’Argentine sans parler de ce fameux « Blue-market ». Ce n’est surement pas la partie la plus sympa de cette interview, mais probablement la plus importante.

Je vous laisserai chercher des informations par vous même sur la complexité de l’économie en Argentine et sur ce fameux blue-market, mais voici ce que vous devez savoir:

Taux officiel: 1 us$ = 9.40 Ar$
Taux au Blue Market : 1us$ = 16.00 Ar$
(Comme les taux fluctuent beaucoup, je vous invite à vérifier le taux du jour sur le site lanacion.com.ar ).

Comme vous le constatez, en changeant votre argent dans la rue plutôt que dans les banques, le taux est plus avantageux et le cout de la vie devient tout de suite plus faible!
Pour nous, échanger de l’argent dans la rue c’est comme prendre part à un trafic de drogue, mais vous vous apercevrez très vite que c’est tout à fait courant ici. Pour preuve, même si ce n’est pas officiellement légal, le taux du blue market apparait chaque matin dans le journal national!

Comment changer votre argent au blue-market:
1/ Prenez du liquide avec vous.
2/ Rendez-vous dans l’une des rues principales de Buenos Aires appelée « Calle Florida ». Là-bas, cherchez les mecs qui crient « Cambio, cambio! ».
3/ Echangez votre argent.

Vous trouverez aussi dans chaque ville des « Kiosko » où vous pourrez échanger de l’argent (Euro, Dollars or Reales).

Et pour le logement? 
La plupart du temps, les prix sont fixés en dollars, donc ils ne sont pas soumis à de trop importantes fluctuations.
Une colocation vous coutera entre 400/600$ par mois.
Pour une auberge de jeunesse, compter 10/12$ par nuit.

Pour plus d’informations, vous pouvez jeter un oeil à ces sites:
–  http://www.mercadolibre.com.ar
–  https://www.facebook.com/groups/BuenosAiresExpatHub/
–  (en français) https://www.facebook.com/groups/46728894402/

Des conseils pour ceux qui voudraient travailler à Buenos Aires?
Vous pouvez travailler comme prof de langue. Le moyen le plus simple de trouver des étudiants est de poster un message sur la page Facebook citée dans la question précédente.
Vous pouvez aussi trouver un job dans un bar, mais vous devez savoir que ce n’est pas très bien payé.
En règle générale, soyez prêts à bosser au black parce que c’est comme ça que ça fonctionne là-bas.

Quel était ton niveau d’espagnol en arrivant? Et après 6mois? 
Comme je l’ai dit, je ne parlais presque pas un mot d’espagnol en arrivant. Je savais juste dire « Vamos a la playa » mais ce n’est pas très utile à Buenos Aires!
Après 6 mois, quelques cours et de nombreuses heures à parler avec des locaux, mon espagnol est assez bon pour tenir une conversation.  On me fait même des compliments sur mon niveau parfois, ce qui est un bon signe, mais j’ai encore beaucoup de progrès à faire avant de le parler couramment.

Buenos-Aires

À ce propos, as-tu des conseils pour apprendre l’espagnol?
Pas de secret, il faut pratiquer.
Vous pouvez écouter la radio, regarder la télé, mais la meilleure façon de progresser est de rencontrer des locaux.
À Buenos Aires, vous pouvez participer à une soirée MundoLingo events. Ces soirées sont organisées dans différents bars de la ville, plusieurs soirs par semaine. On peut y rencontrer des personnes de tout horizon, il y a une super ambiance et c’est un excellent moyen d’améliorer ses compétences linguistiques.
Si vous préférez travailler avec un prof d’espagnol, je vous recommande Xeni avec qui j’ai pris quelques cours.
Pour plus d’informations, voici son blog: http://spanishnowbuenosaires.blogspot.com.ar

As-tu ressenti un choc culturel?
Pas vraiment dans la mesure où Buenos Aires ressemble à n’importe quelle autre capitale européenne.
Bien sûr il y a quand même des choses qui m’ont surpris, comme le jour où j’ai littéralement entendu un immeuble crier pendant un match de foot! Ou encore quand j’ai découvert leur façon de conduire!

Buenos Aires en…
1 mot: Buena Honda qui signifie littéralement  » bonnes ondes ».
1 plat: Choripan, un plat populaire en Argentine.
1 souvenir: Je me souviens de l’un de mes premiers jours à Buenos Aires. Je parlais à peine l’espagnol et un vieil homme a commencé à me parler. J’ai essayé de lui expliquer que je ne le comprenais pas, mais il continuait à me parler. J’ai seulement compris qu’il me parlait d’un secret, mais il peut dormir l’esprit tranquille, je ne risque pas de le répéter!
1 lieu: San Telmo. Il y a un marché là-bas chaque dimanche. L’ambiance est vraiment particulière, familiale.

Et maintenant? 
J’espère continuer de voyager! Après avoir découvert une partie de l’Amérique latine, j’ai hâte de découvrir tous les endroits où je ne suis pas encore allé.
Et après, peut-être un autre continent?

As-tu des conseils pour ceux qui veulent voyager à Buenos Aires?
Buenos Aires est une ville internationale, il y a beaucoup d’expatriés et de locaux qui seront heureux de vous aider, de parler, quelle que soit la langue…  Vous ne vous sentirez jamais seuls là-bas! C’est une expérience vraiment enrichissante donc n’hésitez pas et lancez-vous!

Buenos-Aires

Un grand merci à mon frère qui a accepté de partager son expérience avec nous! 
Et n’hésitez pas à lui poser vos questions en commentaires!