Premier article depuis mon retour officiel en France!
Mon visa a pris fin ce lundi et je suis rentrée en France pour une durée indéterminée.

 

Le retour après un long voyage
Le jour de mon départ pour Moscou, le commencement d’une super année!

 

3 jours seulement après mon retour, voici, à chaud, ce qui se passe dans ma tête:
(En fait il s’y passe beaucoup plus de choses, mais je vous épargne les détails de ma légère schizophrénie!)

La satisfaction de me dire: je l’ai fait, j’y suis allée! Il y a 2 ans, quand nous avons commencé à parler de ce projet, tout me semblait compliqué à la limite de l’insurmontable. Puis étape par étape, nous avons construit notre projet et me voilà aujourd’hui, riche de cette belle expérience.

La reconnaissance envers toutes les personnes qui nous ont permis de mener à bien ce projet.
Mes parents tout d’abord, qui y ont cru dès le début et nous ont soutenus dans notre idée un peu tordue (La Russie? Vous ne voudriez pas aller à Londres comme tout le monde??).
Puis tous ceux que nous avons rencontrés là-bas et qui nous ont donné des astuces, des conseils, du travail même parfois.
Et bien sûr, le plus patient de tous, Pierre, qui m’a supporté tout ce temps, qui est la dose d’optimisme dont je manque parfois et enfin, qui a alimenté ce blog de ses plus belles photos.
Encore une fois, merci à tous!

Mais aussi:

La curiosité vis-à-vis de l’avenir. Après avoir passé des mois à planifier le voyage, puis des mois à le vivre à fond, il faut se préparer à revenir à la vie « normale ». Et par là j’entends trouver un travail, un vrai. Pour construire mon avenir comme les grands! Mais cette période de recherche d’emploi est à la fois enivrante et angoissante.
Que va-t-il se passer dans mon futur proche, dans 1 an ou même dans 1 mois? 

La frustration, de se dire que ces mois n’auront pas été suffisants pour apprendre le russe. Apprendre le russe en partant de 0 ne se fait pas en quelques mois et mon emploi du temps sur place ne m’a pas permis de progresser rapidement. Je me rassure en me disant que c’est le cas pour beaucoup de français, mais ça reste un peu rageant voir décourageant.
Vais-je réussir à continuer l’apprentissage hors de Russie (j’entends l’apprentissage de la langue, apprendre à encaisser la vodka, ça ne compte pas!) ?

La peur de ne pas arriver à mettre à profit ce que ce voyage nous a appris. D’ailleurs, que nous a-t-il appris? À chaud, il y a le sentiment que ce n’était qu’une parenthèse de quelques mois et que finalement, rien n’a vraiment changé. Mais forcément, lorsqu’on s’éloigne de sa zone de confort, on ne revient pas tout à fait pareil.
Comment utiliser cette expérience lors de mon retour en France?  (Votre mission si vous l’acceptez…) 

L’attente de la nostalgie. Je vous l’ai dit, j’écris vraiment à chaud. Pour l’instant je savoure mon retour en France et je prépare mon départ en Chine. Mais il y a un moment où mon rythme va se calmer, je vais retrouver une monotonie.
Je vais bien finir par regretter Moscou non?

Rendez-vous dans quelques mois, lorsque j’aurai des réponses ou au moins des éléments de réponses pour toutes ses questions!

Si vous êtes vous aussi partis, comment s’est passé votre retour à la « vie normale »?